Les 7 principes du “Creative Fair Play”

Comment améliorer la relation entre le travailleur freelance du secteur créatif et son client/donneur d’ordre ? En tant que travailleur freelance du secteur de la création, vous vous reconnaissez sans doute dans cette situation : un commanditaire veut vous engager, mais pas vous payer. « C’est utile pour ton portfolio ou ta réputation » ou bien « La première fois est toujours un test », sont des arguments régulièrement entendus. Mais vous voulez naturellement une rémunération correcte pour votre travail de création ; donc vous préférez éviter de vous retrouver dans de telles situations. Comment améliorer la relation avec son client/donneur d’ordre ?

shutterstock_673992322LoREs.jpg

Pour mieux peser dans une relation souvent déséquilibrée, Timothy Helmer et Valentijn Destoop de Creative Network, ont imaginé il y a un an, avec Simon Gryspeert de Flanders DC, Creative Fair Play. Leur objectif ? Améliorer la relation entre les créateurs et leurs clients/donneur d’ordre avec des engagements positifs.  

Pour atteindre ce but, ils ont établi les 7 principes suivants, après concertation d’un vaste réseau de freelancers et de donneurs d’ordre:

1. Gratuit, ça n’existe pas

Ne travaillez pas gratuitement et ne demandez pas à des travailleurs créatifs de travailler gratuitement. Si vous voulez de la qualité, soyez prêt à payer une rémunération correcte

2. Les concours doivent respecter les règles du jeu

Que comme commanditaire vous vouliez organiser un concours pour trouver le meilleur prestataire, très bien. Mais organisez-le de manière éthique, avec des critères clairs. Rémunérez les participants aussi pour le processus et pas seulement pour le résultat final.

3. Réglez les questions de propriété intellectuelle

Normalement l’auteur conserve les droits d’auteur, à moins qu’on ne convienne autrement. Si, en tant que donneur d’ordre, vous voulez les droits d’auteur, soyez prêts à payer des royalties.

4. Les bons comptes font les bons amis

Mettez par écrit chaque aspect de ce qui a été convenu, avant le début de la mission. Plus clair sera le briefing, meilleur sera le résultat.

5. Travaillez avec des délais raisonnables

Tenez-vous en aux accords et convenez de délais raisonnables, tant pour la réalisation du travail que pour le paiement de celui-ci.

6. Reconnaissez le travail de celui qui l’a réalisé

Rien de plus facile que de donner crédit à l’auteur pour son travail. Donc faites-le.

7. Respectez la liberté de chaque partie

L’exclusivité c’est chic, mais un auteur indépendant doit pouvoir garder sa liberté. Pour garder la confiance du donneur d’ordre, Pour respecter les secrets de fabrication ou des affaires, on peut toujours travailler avec une clause de non-divulgation (ou NDA) .

shutterstock_692559100LoRes.jpg

Sur le site web vous trouverez 20 organisations partenaires – réseaux et entreprises créatives – qui souscrivent à cette charte et la promeuvent activement. Chaque entreprise peut s’engager à suivre ces principes en mettant le logo sur leur site. L’enthousiasme pour diffuser le message est grand. Mais il y a encore du travail, d’après les initiateurs Timothy Helmer de Creative Network et Simon Gryspeert de Flanders DC. 

Un virus tenace

D’après le créateur graphique Timothy Helmer: « Nous avons encore de nombreux échos négatifs du côté des freelances, on ne voit pas encore d’amélioration très claire. Beaucoup de commissionnaires qui soutiennent notre initiative n’en respectent pas encore tous les principes. C’est dommage: les prestataires n’osent pas non plus dénoncer tous les abus, de peur de rater des commandes. Ainsi le virus continue à prospérer dans le secteur. Mais par ailleurs nous sommes très contents de l’intérêt marqué pour notre initiative tant par les travailleurs freelance que par les donneurs d’ordre. 

La racine du problème réside selon moi dans le fait qu’on accorde trop peu de valeur à la créativité, en soi, en Belgique. Dans le secteur de la création, on vend un service – sa créativité- mais les clients ne voient que le résultat final et pas le temps consacré à le concevoir. On retrouve plus cette considération aux Pays-Bas, où le design fait beaucoup plus partie de la vie de tous les jours. »

Simon Gryspeert (conseiller d’entrepreneurs créatifs pour Flanders DC): « Le travail de création est chouette, prend peu de temps et on le fait par plaisir. C’est un peu ainsi qu’on voit le travail créatif de l’extérieur. Mais c’est aussi du travail, naturellement. »

Tout le monde y est confronté

Timothy: « Il est très important de se rendre compte que tout le monde, dans le secteur de la création est confronté au même problème. Notre initiative a pour but d’améliorer la considération pour le travail créatif. Nous voulons faire largement connaître nos principes, entre autre via les organisations partenaires, pour toucher le plus de monde possible. »

Simon: « Il est difficile, pour des freelance dans le domaine de la création, de montrer de la fermeté lors des négociations. Notre manifeste est une source neutre à laquelle on peut facilement se référer. Ca aide. Du côté de Flanders DC, on propose aussi notre aide. Les freelances du secteur de la création peuvent toujours nous appeler pour leurs questions, certainement lorsqu’ils sont confrontés à des pratiques abusives. Nous regardons alors ensemble ce que nous pouvons faire et nous faisons éventuellement de l’intermédiation. Les questions les plus fréquentes sont à propos de clients qui ne veulent pas ou trop peu payer pour leur commande, et à propos des (non-)mentions d’auteur. Un syndicat comme United Freelancers peut certainement être un partenaire de choix. En diffusant notre message avec nous, en proposant des contrats standard et d’autres services de ce genre. Et certainement en donnant l’exemple et en pesant sur la législation. Car nous ne nous voyons pas nous-mêmes comme des lobyistes. »

Pierre de touche de chaque collaboration

Timothy: « C’est notre but de faire de nos 7 principes la pierre de touche de chaque prestation créative. Mes conseils aux créateurs? Reprenez ces principes dans vos conditions de vente. Prenez comme habitude, avant de commencer à une commande, d’avoir un accord sur votre offre, ce qui peut ensuite éviter bien des contestations de paiement. Actuellement, beaucoup de prestations se font en confiance aveugle, sans que quoi que ce soit ne soit convenu sur papier. »

Simon: « Il est très important de faire comprendre qu’une relation équilibrée est meilleure pour tous. Des accords clairs sont plus satisfaisants pour les deux parties. Il y a beaucoup à gagner à suivre nos principes. »

United Freelancers est là pour vous soutenir dans votre travail comme freelance. Voyez ici ce que faisons pour vous et n’hésitez pas à prendre contact avec nous par mail ou par téléphone au: 02 244 31 00.

D’autres sites intéressants sur le sujet:

·       prijsinzicht.be/

·       creativefairplay.com

·       www.flandersdc.be