Exemple de comparaison de revenu salarié/indépendant

Juillet 2019

Remarque préliminaire :

Il s’agit ici d’un pur exemple, basé sur des hypothèses arbitraires (notamment en termes de coûts professionnels, de montant facturé, etc.)

Le but de cet exemple est de montrer comment le revenu « brut » d’un travailleur indépendant doit être calculé pour arriver au revenu « net »

 

Les différences principales entre le salarié et l’indépendant sont :

  • La question de la T.V.A. (taxe sur la valeur ajoutée). La T.V.A. est souvent un « jeu comptable », car la T.V.A. payée par l’indépendant pourra être déduite par son client (du moins si celui-ci est soumis à la T.V.A.), mais il est très important de ne pas oublier de la facturer, de faire des déclarations et de la rembourser.

  • Le fait que le travailleur indépendant n’est pas payé pendant ses congés, ses absences, ses premiers jours de maladie (après 15 jours de maladie il bénéficie d’une intervention de la mutuelle, mais qui sera souvent faible).

  • Le fait que le travailleur indépendant ne bénéficie pas de suppléments devenus la norme pour la plupart des travailleurs salariés, comme le 13ème mois ou le double pécule de vacances.

  • Le travailleur indépendant n’a généralement pas de garantie de volume de travail. S’il y a une interruption/diminution dans les commandes, il y aura une interruption/diminution de son revenu. Le travailleur indépendant supporte beaucoup plus le risque économique de la variabilité du volume d’affaire que le travailleur salarié. Il n’a en général pas non plus de « préavis » avant une rupture ou une diminution de commande.

  • Le fait que le travailleur indépendant a beaucoup plus de frais professionnels que le travailleur salarié (il doit payer lui-même ses outils de travail et certaines assurances, ce que ne doit pas faire le travailleur salarié). Cela est très variable suivant le métier, mais il y a souvent des frais cachés ou auxquels on ne pense pas directement, notamment les assurances.

 

Hypothèses de calcul de revenu :

 

  • Le travailleur salarié touche un salaire de 3000 € bruts par mois (à noter que cela signifie que son employeur paye aussi, en plus, 750€ par mois de sécurité sociale pour ce travailleur, montant qui va augmenter les droits à la pension et aux autres prestations pour ce travailleur).

  • Le travailleur indépendant facture des honoraires à raison de 242 € par jour (200€ plus TVA de 21%).  Le travailleur peut donc imaginer un potentiel mensuel de 22 jours x 200, soit 4400 € par mois, TVA déduite)

 

Calcul du revenu réel du travailleur indépendant :

 

  • Jours réellement travaillés par an, tenant compte de 20 jours de vacances annuels, 10 jours fériés et 10 jours d’incapacité pour maladie et empêchements divers : 52*5-20 (vacances) – 10 (jours fériés) -10 (maladie et empêchements divers), soit 220 jours.

  • Revenu annuel brut : 220 * 242 = 53.240 €

  • Coûts :

  • T.V.A. : le travailleur doit déclarer trimestriellement ses revenus à la T.V.A et lui reverser 21% des montants facturés. : 53.240 -21% = 44.000 €

    Remarque : pour des revenus annuels ne dépassant pas les 25.000 €, le travailleur peut demander le régime de dispense de T.V.A. Il ne paie dès lors plus de T.V.A (mais ne peut pas la facturer non plus ; son client ne pourra donc plus déduire de T.V.A. Certaines activités et professions sont aussi dispensées de T.V.A.,  comme par exemple les médecins et autres professions médicales. Dans certains cas le taux de TVA n’est pas de 21% mais est réduit (rénovation des bâtiments anciens par exemple).

  • Frais équipement, matériel et outillage : 300 par mois (il s’agit ici d’une pure hypothèse ; le coût de l’équipement et de l’outillage est très dépendant de l’activité du travailleur)

  • Frais d’assurance (hypothèse pour un métier peu exposé) : 120€/mois

    • Assurance responsabilité civile professionnelle

    • Assurance « accidents travail » (amener couverture au niveau salarié en cas d’accident du travail)

  • Déplacements (hypothèse) : 80€/mois

  • Cotisations sociales : (44.000 – 6000-X)*20,5% = X ; les cotisations sociales seront de 6465 €

    • Impôts sur (44.000-6000-6465 = 31.535), soit 8818,75 €

  • Résultat net annuel : 44.000-6000-6465-8818,75 = 22.716,25 € nets annuels (soit une moyenne de 1893 € net par mois)

 

Calcul du revenu réel net du travailleur salarié :

 

  • Revenu annuel : 3000 x 13,92, soit 41 760

  • Cotisations sociales personnelles : 5458 €

  • Salaire net : 1981,5 €/mois, soit par an (x13,92) : 27.582 €, tenant compte d’un 13ème mois et du double pécule de vacances. Le revenu net mensuel moyen est donc de 2299 € nets par mois.

Conclusion :

Même si, à première vue, le salaire versé au travailleur indépendant (242€ par jour travaillé) semble plus élevé que le salaire brut du travailleur salarié, et que le travailleur indépendant pouvait espérer gagner beaucoup plus, on voit qu’au final la différence de revenu net est fortement en défaveur du travailleur indépendant (plus de 20% en moins).

Bien sûr cela dépend de beaucoup d’hypothèses (notamment le niveau des frais professionnels) et peut différer fortement d’un cas à l’autre.

Réfléchir à tout cela et faire des simulations de revenu est essentiel avant de s’engager dans un statut d’indépendant. C’est très important aussi lorsque vient le moment de négocier le prix de ses prestations avec le donneur d’ordre (client ou patron).

La CSC-United Freelancers peut vous aider dans ces calculs et démarches.

Dans beaucoup de situations, vous ne serez pas le seul indépendant/freelance à travailler pour ce donneur d’ordre. L’habitude est que chaque indépendant/freelance négocie individuellement son contrat, ses honoraires et ses conditions de travail. Le résultat est qu’on lui impose souvent les conditions de travail unilatéralement car c’est « à prendre ou à laisser ».

La CSC-United Freelancers, en organisant les travailleurs indépendants, en les informant et en regroupant les situations similaires, veut rétablir ce rapport souvent déséquilibré entre prestataire indépendant et donneur d’ordre.